Stalingrad

Automne 1942. Le troisième Reich allemand est au faîte de sa puissance. Une ville, une seule, sépare encore Hitler de la victoire totale en Europe. Cette ville revêt aux yeux du Führer une importance emblématique. Elle porte le nom de son dernier adversaire sur le continent, elle s’appelle Stalingrad, la ville de Staline. Qu’elle tombe et la guerre sera gagnée.

Dans la cité martyre écrasée sous les bombes, Vassili Zaïtsev (Jude Law), un jeune Russe, est jeté comme des milliers d’autres dans l’enfer de cette bataille perdue d’avance. Doué d’une stupéfiante adresse au tir, forgée à la chasse aux loups dans son enfance, Vassili est remarqué par un officier politique de son âge, Ivan Danilov (Jo Fiennes). Les deux jeunes gens deviennent amis.

Ranimer la flamme de l’héroïsme, redonner aux combattants décimés la force de lutter face à l’implacable machine de guerre allemande, telle est la mission de Danilov : il fait de Vassili le héros de sa propagande enflammée. Sous le désert de ruines et d’immeubles écroulés, s’étend un empire souterrain de caves détruites, d’abris et de boyaux. Là, guettée à tout instant par la mort, la vie s’est réfugiée. Là, les deux camarades rencontrent Tania Chernova (Rachel Weisz), une jeune étudiante revenue dans sa ville natale pour combattre elle aussi l’envahisseur nazi. Alors que renait son désir de vivre, Vassili de chasseur devient gibier : à force de vanter les exploits de tireur de son camarade, l’œuvre de propagande de Danilov réussit au-delà de toute attente et fait en effet de son ami la cible à atteindre. Exaspéré par les pertes de la Wehrmacht dans les décombres de la cité en ruine, l’état-major allemand, pressé par Hitler qui s’impatiente, dépêche son meilleur tireur d’élite, le Major Konig (Ed Harris), pour abattre celui qui est devenu le symbole de l’indomptable résistance russe à Stalingrad… “À Stalingrad, les gonds du destin ont tourné”, dira Churchill. La bataille mettra un terme à l’invincibilité allemande et annoncera le commencement de la fin du Reich et la victoire du monde libre.

 

A propos de la fabrication du film :