A cause de ses excès, François Perrin se fait renvoyer de l’équipe du Football-Club de Trincamp. Quelques semaines plus tard, il est congédié de l’usine où il travaille. Viennent les mois de chômage.

Un soir, à la suite d’une altercation, il est chassé du café des supporters, son dernier refuge. Décidé à quitter la ville, il veut revoir une dernière fois Marie. Il a un peu bu et ses adieux provoquent un scandale. Une heure plus tard, accusé de viol, François est amené au commissariat. La victime n’est pas Marie mais Stéphanie qui, avec d’autres témoins, pense le reconnaître.

Deux mois plus tard, le petit club de football a fait une fantastique percée en Coupe de France. A mi-chemin du stade où doit se disputer le match, le car des joueurs se renverse. On fait alors appel à François qui est en prison. Ce dernier, décidé à violer Stéphanie pour de bon, s’échappe et retourne à Trincamp. Mais le viol n’est pas dans sa nature. Stéphanie comprend alors son erreur et convainc François d’aller disputer le match. Sur le terrain, par deux fois, François envoie la balle dans les filets. Le paria devient le héros.

Pendant ce temps, Stéphanie ayant découvert la vérité sur son viol, décide de tout révéler mais François veut tout d’abord se venger. Ecœuré par la lâcheté de ceux qui l’avaient accusé, François ne met pas ses menaces à exécution et part rejoindre Stéphanie.

Le dimanche suivant, Trincamp est éliminé de la Coupe de France.