L’histoire se déroule à l’aube de l’humanité pendant l’âge de pierre, au moment où les hommes commencent à peine à être des hommes. Les derniers Néanderthaliens vont s’éteindre, le règne de l’homo sapiens “sapiens” approche.

Entièrement tourné en décors naturels, “La guerre du feu” est le premier véritable film de fiction préhistorique, la restitution objective et rigoureuse d’une aventure vécue il y a 75 000 ans et qu’il aurait été possible de filmer.

Une tribu d’homo sapiens, les Ulams, qui sait conserver le feu mais qui ne sait pas le fabriquer est attaquée par une tribu de Néanderthaliens, les Wagabous. Au cours de l’affrontement, le feu est détruit. Trois jeunes guerriers, Naoh, Amoukar, et Gaw partent alors à la conquête du feu.

Batailles sans pitié, luttes inégales contre la nature ou contre d’autres hommes (en particulier la tribu des Kzamms, des Néanderthaliens anthropophages), poursuites cruelles, fuites épouvantables, c’est un combat de chaque instant pour la survie de l’espèce.

En parallèle se livre un autre combat. Celui que, presque à son insu, I’homme se livre à lui-même : le combat contre sa propre animalité. Temps des débuts du langage, de la découverte des sentiments, des premières interrogations. Naoh rencontre Ika, une jeune fille de la tribu Ivaka, des homo sapiens “sapiens” qui savent créer le feu.

“La guerre du feu” est aussi l’histoire d’un homme empêché dans sa volonté de pourvoir à la survie des siens par un ennemi intérieur qui se nomme l’amour. Il passe des rapports de dominance à un rapport émotionnel. En 96 mn, un voyage de neuf mois qui résume 40 000 ans de l’histoire de l’humanité. “La guerre du feu” est une réponse à la question “D’où venons-nous ?”. C’est le “Racines” de l’espèce humaine. Il pourrait s’appeler “Origines”.